Mes premières années de photographie animalière

Un article qui retrace mes premières années à photographier les animaux !

Tout commence avec un appareil photo…

« L’expression « Être tombé dedans quand il était petit » est la parfaite petite phrase d’introduction pour décrire la passion de mon fils Antoine. Avant de s’attacher à photographier la nature, il faut en premier lieu l’explorer. Très tôt, vers 6 ans, il m’accompagne dans mes balades. Son premier appareil photo, un HP basic, lui permet de prendre ses premiers sujets volants ou fleurs. Au fur et à mesure qu’il grandit, sa passion pour la nature prend forme : les oiseaux, les insectes et surtout les amphibiens. Mais que dire des serpents, là pour le coup ce n’est pas moi. Je photographiais la nature, mais surtout les papillons mes sujets de prédilections avec un Canon 40D. Antoine réalise ses vrais premières photos avec un Canon 350D et un objectif 70/300 Sigma. Ce dernier lui permet de faire de la photo macro et aussi shooter ses oiseaux. Ensuite, je lui passe mon Canon 40D qui permet à Antoine d’améliorer sa technique. Ses photos sont déjà magnifiques, il commence aussi en surfant sur le net, à s’intéresser aux cotés esthétiques. Il ouvre son site web – découvrirlafaune.fr. Il raconte ses histoires et ses découvertes, détails les espèces rencontrées. Sa curiosité est sans doute son trait de caractère qui le pousse à chercher la bestiole qui se cache tapi dans la nature. Ma fierté, d’avoir pu initier cette passion, comme on peut le dire aussi, allumer la petite flamme qui brille chez Antoine, mais ma plus grande fierté est de voir les réalisations d’Antoine et de s’accomplir dans sa passion.

Je t’aime ton père. »

C’est en 2017, après avoir durement travaillé en restauration, que je m’offre l’appareil photo de mes rêves. Un boîtier professionnel, le 5D mark III, couplé au 300 mm que m’avait offert ma mamie pour le baccalauréat. C’est peu après que je rencontre mon meilleur ami…

« J’ai rencontré Antoine sur les bancs de la fac, en septembre 2017, au tout début de notre deuxième année universitaire. C’étaient mes premières semaines en tant que sudiste déraciné en terres bretonnes, et le hasard a fait que nous nous sommes retrouvés dans le même groupe. Aucun de nous deux n’imaginait l’ampleur que prendrait nos excursions, ni notre amitié grandissante. Il y eu les landes de Tanouarn, des nuits entières passées à la forêt de Paimpont, Québriac, Gahard, un affût (raté) aux étangs de la Folie, la Balusais de nuit comme de jour… Puis le Vercors, les Cévennes. Et bientôt la Plaine des Maures, le Maroc, la Guyane ?

J’ai découvert en Antoine un ami naturaliste d’exception, un compagnon d’aventures hors pair et le frère de cœur qui avait toujours manqué dans ma vie. Ce n’est qu’un début. J’en suis persuadé. 

Romain Chave. »

L’année 2018 est évidemment marquée par mon séjour dans les Cévennes, un séjour de 3 mois en été ! Je suis parti à la recherche des espèces exceptionnelles qui se cachent dans les Cévennes. Pendant mes pauses (je travaillais au Camping la Cascade), j’ai sillonné la région pour voir des espèces que je n’avais jamais vu et que je rêvai de voir.

C’est en automne 2018 que je fais l’acquisition d’un objectif macro (100 mm) et d’un petit boîtier (750D) pour être plus polyvalent. C’est en cette fin d’année que les portes de la macrophotographie s’offrent à moi ! J’ai même eu l’occasion de participer à un concours communal, à Saint-Aubin-du-Cormier. J’y ai décroché une place pour 3 de mes photos.

2012

Couleuvre vipérine

2013

2014

2015

2016

2017

2018

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.