Une année à Québriac (2018)

Une année avec peu de photos prises à Québriac. Cependant, j’ai pu photographier des espèces que je n’avais jamais observé ici.

Vous pouvez consulter l’article de 2017 (deuxième partie) en cliquant sur ce lien

Gros plan sur les oiseaux du jardin

Cet hiver, à Québriac, les oiseaux du jardin étaient nombreux. J’ai eu l’occasion d’observer et de photographier des espèces que je n’avais vu, comme le Gros-bec casse-noyaux. Les tarins des aulnes étaient très nombreux au jardin et me laissaient facilement m’approcher. Pour réaliser les portraits, je m’étais posté dans une tente affût, non loin de l’arbre principal du jardin où viennent se poser les oiseaux avant d’accéder à la mangeoire.

Au printemps

Voici un aperçu des rencontres que j’ai pu faire au printemps à Québriac. En attendant que les vipères sortent ou qu’elles changent de positions (pour des photos plus intéressantes), je partais à la recherche d’insectes et de reptiles.


Libellule déprimée – femelle

Les vipères péliades !

C’est en cherchant des lézards verts à Québriac, que je suis tombé sur une population de vipères péliades. À quelques mètres de ma voiture, j’apercevais deux serpents entre les ronces. C’est un endroit que je connais bien, je n’avais jamais vu de serpents ici. À ma grande surprise, j’ai vu 7 vipères québriacoise dans une petite zone de lande. J’y suis retourné plusieurs fois sur 2 semaines.

À chaque fois, le même individu était là : une vipère péliade femelle qui était vitélogénique (pleine de réserves de graisses pour assurer la saison de reproduction). C’est l’individu n°1 sur les photos.

Des mâles sont sortis et ont commencé à tourner autour de la femelle (n°1). Leurs couleurs sont magnifiques. J’ai même eu l’occasion de les voir parader. Ils s’entrelaçaient, se relevait en essayant de faire tomber l’autre. De temps en temps, ils se faisaient face et se donnaient des coups de tête. Ils m’oubliaient presque. Le « vainqueur » (individu n°3) a rejoint la femelle.

Vipère péliade – individu n°6
Vipère péliade – mâle – individu n°2

Fin d’année

L’année se termine sous le soleil, en septembre les odonates me permettent de tester mon nouvel objectif macro !

À l’affût dans le jardin

Le soleil de la fin de l’automne m’a permis de tirer le portrait d’un rougegorge et d’une mésange bleue. N’étant habituellement pas trop adepte de l’affût, je pense en faire d’autres prochainement.

Rougegorge familier
Mésange bleue
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.