La faune du Forez (2019)

Du mois de février jusqu’à la fin du mois de mai, je suis stagiaire pour la FNE Loire (France Nature Environnement Loire). Ma mission est d’inventorié les amphibiens présents sur des communes du département de la Loire. Le pôle conservation de l’association est situé à l’écopôle du Forez. Il s’agit d’une ancienne carrière de sable et de gravier. Le site a été transformé en une réserve de 500 ha pour la faune et la flore. Les milieux présents sont des zones humides (étangs, mares, marécages), des ruisseaux, la Loire et des boisements.

En plus des communes que je vais explorer, les weekends, je pourrais faire quelques excursions sur ce site protégé et dans les parcs naturels régionaux pour photographier la faune du Forez.

Sauvetage d’amphibiens à l’écopôle du Forez

Il faisait très bon pour une soirée d’hiver (13°C à 18h). Je suis sorti à la recherche des amphibiens qui peuvent peupler les mares de l’écopôle.

Grenouille rieuse

Par curiosité, j’ai jeté un coup d’œil dans un système d’évacuation de l’eau de pluie. J’y ai découvert une bien triste scène : 14 grenouilles, 14 tritons palmés et 1 triton alpestre. Ils étaient piégés, impossible pour eux d’en ressortir. Il y avait 4 grenouilles mortes de faim, dont une adulte amaigrie qui donnait encore quelques signes de vie, malgré une patte nécrosée ! 

Un sauvetage s’imposait pour les survivants. Ils ont été déplacés au bord de la mare la plus proche. Finalement ce sauvetage occupa une partie de la soirée, par conséquent je n’ai pris que quelques photos.

Quelques jours plus tard, dans l’attente d’une solution, d’autres sauvetages s’imposent… De la même façon, d’autres tritons palmés sont prisonniers.

Début mars, c’est au tour d’une petite grenouille agile d’être coincée…

Grenouille agile

Insectes d’hiver

Les températures, bien au dessus de celles de saisons, sont favorables à la sortie de quelques insectes. Nombreuses sont les grandes tortues (le papillon) à se dorer au soleil sur les arbres. Quelques brunettes hivernales volent de branches en branches…

Grenouilles agiles en reproduction

Les premières pontes de grenouilles agiles sont là, au nombre de 14 pour le moment (08/03), réparties sur 2 mares.

Quelques adultes sortent à la tombé de la nuit et les mâles commencent à chanter…

Grenouille agile
Grenouille agile

Des crapauds calamites !

D’abord à la recherche de grenouilles agiles, je parcours le site de l’ancienne carrière pendant une bonne heure. J’observe quelques pontes, une petite grenouille rieuse et enfin une agile. La seule de la soirée…

C’est au moment de repartir que je vois, sur la petite route, des silhouettes d’anoures, loin de me douter qu’il s’agirait de crapauds calamites ! Ma première rencontre était avec un jeune, magnifique. Ce sont ensuite 2 adultes qui ont croisés mon objectif photo.

Crapaud calamite

Impossible de rester plus longtemps à cet endroit. En effet, un tir de fusil a été tiré dans ma direction (il faisait nuit). Certainement pour me faire peur, les habitants au loin se demandant ce que je faisais sur cette petite route avec une lampe.

En conséquence, je suis parti vers l’écopôle du Forez. Sur la route ce ne sont pas 1, ni 2, mais bien une quinzaine de crapaud calamites qui se baladaient. Ils y avait autant de jeunes que d’adultes. J’ai pris quelques photos et je ne suis pas resté bien longtemps.

Crapaud calamite

Deuxième sortie nocturne à la recherche du fameux calamite. Résultats plutôt décevant par rapport à hier. En effet, un seul individu à croisé notre chemin… Les conditions étaient moins favorables. L’air était plutôt sec avec du vent, la température était douce.

Sorties nocturnes sur un écopont (mars)

Ce sont 3 sorties nocturnes que nous avons effectuées avec Mélanie (chargée d’étude), Aline (volontaire action conservation) et Théo (stagiaire). Ces passages sur l’écopont avaient pour but d’inventorier les amphibiens présents sur (et autour) de l’écopont. Le milieu est plutôt sec, et les amphibiens peu nombreux. Nous avons pu observer quelques grenouilles agiles dans les mares (en reproduction), des grenouilles vertes et des tritons palmés. Une petite surprise avec un crapaud calamite qui se baladait sur un hibernaculum. Un micromammifère était bien curieux de nous voir et s’est laissé approcher. Les larves d’odonates étaient nombreuses dans les mares, Aline en a même trouvé une prédatant un hétérocère (papillon de nuit).

Gros plan sur le lézard des murailles

Enfin un lézard qui me laisse m’approcher et le photographier avec l’objectif macro !

Lézard des murailles

Ce lézard des murailles mâle était bien curieux et échangeait quelques regards avec mon objectif. On peut voir que ses écailles se colorent de rouge au niveau de sa gorge et de sa mâchoire inférieure. Cette coloration, a but reproductif, est bien pratique pour distinguer mâle et femelle.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Heureux de voir que ton stage se passe bien Antoine : )
    Continue à partager ta passion comme cela, c’est toujours un plaisir de te lire !
    Et t’es photos sont toujours aussi belles et très intéressantes

    Avec joie de rediscuter ensembles un de ces quatres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.